Cultures sur butte

  

Témoignages :

 

Mes cultures en butte

Voilà 6 ans que je pratique la culture en butte et je peux, après expérience, la conseiller à tous les jardiniers. Elle permet non seulement d'accroitre la surface cultivable - de près de 30% l'année de l'installation - grâce au monticule en forme de dôme, mais elle a de nombreux autres avantages. Elle permet tout d'abord d'utiliser tous les matériaux qui nous tombent sous la main tels que des fagots issus de la taille des arbres fruitiers, de l'herbe fauchée, de la paille, des feuilles mortes, du carton, du papier, des sacs, des trognons, etc. De plus, si on installe 2 buttes à une distance de 5 m l'une de l'autre, on crée un excellent microclimat. Enfin, on peut planter plus serré sur la butte et obtenir une rotation plus rapide grâce à une croissance accélérée. Celle-ci s'explique par l'élévation de température liée à la décomposition des matières organiques se trouvant à l'intérieur, par une formation accrue de gaz carbonique et enfin par une exposition optimale aux rayons du soleil. On établit les buttes selon l'axe nord-sud, ce qui fait que les 2 faces sont orientées l'une vers l'est et l'autre vers l'ouest. Les 2 pignons sont donc au sud et au nord. Il est intéressant de noter que la croissance des plantes est particulièrement rapide et vigoureuse sur la face est, ce qui porte à croire que le soleil du matin exerce une influence favorable. Entre les 2 buttes, on a une zone protégée du vent, où les variétés de légumes assez sensibles poussent à merveille. On peut accentuer cet effet de microclimat en renforçant la protection des buttes contre le vent du côté le plus exposé soit en plantant des tournesol, des topinambours, des haricots grimpants, etc., soit en mettant des canisses ou des paillassons. On peut alors planter entre les buttes des légumes d'origine exotique tels que des artichauts, des aubergines, des melons, des poivrons, du maïs doux, etc.

Comment réaliser une butte ? Je creuse d'abord un fossé d'environ 25 cm de profondeur et de 1.5 à 2 m de largeur. La longueur peut varier selon la place et les matériaux disponibles et selon les besoins en légumes.

Pour couvrir les buttes, il faut se procurer de la bonne terre à ajouter à la terre extraite pour arriver à une couche d'au moins 25 cm d'épaisseur.

Au fond du fossé, on empile les matériaux les plus gros : les grosses branches provenant de la taille des arbres fruitiers. Il vaut mieux les couper d'abord en morceaux de 50cm de longueur. Il sera ainsi plus facile de les entasser et il y aura moins d'espaces vides. Si on a suffisamment de terre, on peut en jeter de temps à autre une pelletée dessus pour combler ces trous. Viennent ensuite les matériaux plus fins comme les petites branches, les ronces, les trognons de choux (s'ils sont sains !), les tiges de topinambour, les pieds de tomate, etc., que l'on dispose pour former une butte en dôme légèrement aplati. On pose ensuite par dessus une couche de feuilles mortes, d'herbe ou de foin que l'on recouvre d'au moins 25 cm de bonne terre préalablement mélangée avec de la poudre de roches [volcaniques]. Si on dispose de fumier de volaille ou autre, on peut le mélanger à la couche de feuilles ou d'herbe et ajouter en plus des vers de terre. La butte est maintenant prête pour les plantations ou les semis.

 <http://www.onpeutlefaire.com/forum/index.php?showtopic=4319>

 

Une butte en paille :

Il y a quelques années, j'ai fait une butte en utilisant uniquement de la paille que j'avais pu me procurer gratuitement en grandes quantités. J'ai creusé le fossé comme d'habitude et j'ai entassé la paille comme unique matériau en posant les bottes de paille au fond, en travers, puis par dessus en long, et en complétant avec de la paille déliée pour former un dôme. J'ai mis par dessus du fumier de volaille et j'ai arrosé avec de l'eau. Ensuite j'ai recouvert de terre et je dois dire que cette butte fut l'une des plus belles et une de celles qui m'a demandé le moins de travail.

J'ai construit de la même façon l'année dernière une butte avec du foin qui avait été abîmé par la pluie.  Cette fois, j'ai entassé le foin, sans avoir préalablement creusé de fossé, en une butte de 40 à 50 cm de hauteur sur 1 m de largeur; j'ai recouvert de 25 cm de terre et j'ai planté aussitôt. Cela a été fait très rapidement et les tomates, les salades, les céleris et les radis y ont poussé à merveille !

Nous pratiquons bien sûr des cultures associées sur les buttes. J'avais par exemple une butte portant 17 légumes différents. Je dois préciser que mes buttes ont une longueur de 10 à 12 m. D'après ce que j'ai pu voir, 80 à 150 m² de jardin cultivé d'une manière aussi intensive suffisent à fournir à une famille de 4 personnes les légumes et les petits fruits dont elle a besoin l'année durant.

La durée de vie d'une butte, c'est-à-dire le temps qu'elle met pour s'aplanir presque complètement, dépend des matières organiques utilisées et varie de 2 à 6 ans. Puisqu'on laisse 5 m de distance entre les buttes, on peut en construire de nouvelles dans l'intervalle. Les anciennes buttes entièrement décomposées fournissent une terre parfaite pour recouvrir les nouvelles !

  <http://www.onpeutlefaire.com/forum/index.php?showtopic=4319>

 

Un autre témoignage, celui de Patrick Baronnet dans son livre "De la maison autonome à l'économie solidaire", répond en partie à ta question :

"Nous cultivons en biologie notre jardin depuis plus de 20 ans et, comme pour le reste, nous évoluons vers plus de facilité, de simplicité et d'efficacité, ce qui nous amène aujourd'hui à la pratique de la culture en butte."

Celles qu'ils fabriquent à l'automne (en famille) ont une forme de parallélépipède, d'1m50 de large et 5 m de long et ne nécessitent qu'1/2 journée de travail pour en réaliser une.

Il insiste sur le fait qu'il faut, dans la dernière phase, alterner les couches de végétaux secs avec ceux qui sont verts et humides pour obtenir un volume compact. Il déconseille l'emploi des feuilles d'arbres épaisses ou acides (noyer, laurier, conifères)

Par contre il ne semble pas recouvrir les buttes de terre et donc elles s'apparentent à mon avis à de grands andains de compost sur une "armature" de branchages. Au printemps il y plante 5 rangs de pommes de terre, puis l'année suivante "tout ce que l'on veut".

PS : Perso, étant haute comme 3 pommes, il me semble qu'une largeur d'1m20 devrait être suffisante et faciliter le travail d'entretien sachant qu'il faut éviter au maximum de marcher sur la butte pour ne pas tasser le sol artificiellement.

  <http://www.onpeutlefaire.com/forum/index.php?showtopic=4319>

 

Culture sur butte permanente.

On a donc un gros travail de mise en place mais par la suite on ne bêche plus, on ne sarcle pratiquement pas, l’arrosage est très simplifié et cette méthode est très favorable aux terrains trop lourds puisque l’eau s’écoule plus facilement.

 

Formation des buttes :

Prendre la terre sur les côtés, seulement dans la partie arable c’est à dire à une profondeur inférieure à 20 cm. ( En dessous il n’y a pratiquement pas de vie microbienne).Monter jusqu’à 50 cm de hauteur avec une pente inférieure à 45 ° pour éviter les ravinements. Ne pas tasser la terre. Aux 3/4 de la hauteur, incorporer une bonne couche de compost : Au moins 6 litres par m². En surface épandre du patentkali 100 g /m², de la corne broyée 2 poignées par m² et un peu d’engrais organique suivant les doses indiquées sur l’emballage. Mettre en forme avec le râteau.  Installer au sommet de la butte, une gaine micro-perforée, pour un arrosage facile. Il suffira ensuite de brancher au tuyau d’arrosage. Recouvrir de 5 cm de paille, broyée ou non.  Mélanger les espèces et garnir au maximum en évitant le terrain nu. Placer les plantes hautes et encombrantes en haut de la butte et garnir autour avec les plantes plus basses. Ne pas hésiter à mêler, légumes, petits arbres fruitiers, aromatiques et fleurs.

 

Pour planter écarter la paille :

Planter en ménageant une petite cuvette pour le premier arrosage. Arroser au goulot. Attendre une dizaine de jours pour la reprise et resserrer la paille.

Pour semer dégarnir l’emplacement d’un poquet :

Semer 6 à 10 graines et recommencer plus loin. Pour laisser le bon écartement entre les groupes de plantes, imaginer le végétal à l’âge adulte.

Au moment de la récolte, hacher les déchets de culture à la cisaille et les laisser sur place. Remettre un peu de paille lorsque la précédente s’est décomposée. Quand une culture est finie, on gratte et on remet la suivante.

Après 3 ans d’expérience, il est intéressant de constater l’évolution de cet espace cultivé en butte permanente. Beaucoup de plantes se développent toutes seules. L’espace sert également à récupérer des plants ou des bulbes qui auraient été jetés. On constate peu de problème sanitaire.

Eviter de planter des plantes envahissantes comme la menthe ou le topinambour. Dans ce type de culture, ils deviennent pratiquement incontrôlables. Dans la mesure du possible, laisser quelques plantes intéressantes monter à graines. Pour les périodes de grosse sécheresse, il est prudent d’installer des asperseurs, en plus de la gaine micro-perforée.

  <http://www.onpeutlefaire.com/forum/index.php?showtopic=4319>

 

LA CULTURE SUR BUTTES DES MAMBWE John Andrew Siame [...]

Ce système (stratégie de maintien de la fertilité et de la productivité du sol) a été mis au point il y a environ 100 ans par l'ethnie Mambwe qui tentait alors d'abandonner le système de plus en plus destructeur du chitemene [culture itinérante sur brûlis].

La culture sur buttes telle que pratiquée par les Mambwe est basée sur le compostage in situ, sur des parcelles mises en jachère. Des buttes d'environ un mètre de haut et un mètre de diamètre sont construites à la fin de chaque saison culturale. De l'herbe et autres végétaux sont mis sur une surface d'un mètre carré ; on rajoute de la terre pour créer la butte. Ensuite, cet amas est recouvert d'une couche de terre arable de 10 cm obtenue tout près à l'aide de houes. Les herbes et la végétation à incorporer aux buttes, qui sont érigées sur un axe perpendiculaire au sol existent à profusion. Ce système, également connu localement sous le nom de fundikila, ou encore ntumba en Tanzanie, est basé sur la libération de substances nutritives produites par la décomposition des herbes enfouies dans les buttes. Ainsi, les agriculteurs peuvent profiter de ces quelques ressources pour améliorer la fertilité du sol. [...]

Pendant la saison des pluies qui suit, les buttes sont aplaties, le sol à l'intérieur dispersé, et l'on plante d'importantes cultures vivrières telles que le millet. Lors de la seconde campagne, les agriculteurs plantent généralement d'autres cultures comme le maïs, la patate douce, les arachides et la courge (voir encadré).

La culture sur buttes Mambwe est gérée de façon minutieuse et accorde une grande importance aux besoins du sol, à la viabilité de la production et au choix des cultures à exploiter. Ces dernières sont choisies par rapport aux besoins nutritionnels; les plantes gourmandes comme le maïs et le mil rouge (Eleusine coracana) sont plantées plus tôt, alors que les espèces moins exigeantes en substances nutritives comme les haricots (Phaseolus vulgaris) et le manioc sont introduites plus tard dans le cycle. Les agriculteurs utilisent également la méthode de plantation intercalaire : par exemple, les haricots sont cultivés entre les plants de manioc, puisque ces derniers restent dans le champ pendant une durée de trois ans avant d'être récoltés de manière sélective. Le maïs et les haricots ne sont jamais plantés entre les buttes, parce que le niveau de fertilité est inadéquat pour soutenir leur croissance. Le cycle de culture s'étale généralement sur une période de quatre à cinq ans.

 <http://www.onpeutlefaire.com/forum/index.php?s=5ea388fed20b934d5b3325c964dded5a&showtopic=4319&st=20>

 

http://agridape.leisa.info/index.php?url=getblob.php&o_id=112626&a_id=211&a_seq=0

 

Méthode rapide:

un carré de culture sur le sol (cadre de un mètre carré chez moi)

Remplir de bois frais (couper au fur et à mesure), couvrir de restes divers qui normalement vont au compost, des tailles de haies en quantité, recouvrir de terre (plusieurs jours en creusant autour du carré) en mettant les résidus de ratissage, Oublier démouler, continuer en déplaçant le cadre, planter de fèves de lentilles ou autres fixateurs d'azote. L'avantage de ce système: on nettoie le jardin en construisant petit à petit les buttes. Je mets aussi les mauvaises herbes sous les branches ou dessus, il n'en pousse presque pas sur les buttes (chez moi) et lorsqu'elles poussent (je suis contente) je ne les arrache jamais, je les coupe et je paille les culture avec...Croyez moi ou non, elle n'apprécient pas du tout et disparaissent... Pourquoi n'essayez-vous pas les fascines ou le potager en carré avec au fond vos branches (moins de travail une fois la structure en place) ? Je fais des buttes en forme de carrés en périmètre et je les remplis (bois, taille terre). En été mes buttes sont des catastrophes (trop sèches au sud) mais en cas d'inondation elles retiennent l'eau. Il y pousse des fèves dessus en ce moment.

Je veux tenter les buttes recouvertes de brf...

  <http://www.onpeutlefaire.com/forum/index.php?showtopic=4319&st=40>

 

Les branchages sont l'élément de base de la culture sur butte à  la façon allemande.

Dans une tranchée de 25 cm de profondeur, de 1m80 de large, et orientée nord-sud se succèdent des couches concentrique  : - la première de branchages est bombée, haute de 50 cm tout en laissant une marge sur les côtés, - la deuxième couche faite avec les mottes de gazon précédemment enlevées au moment de creuser la tranchée, racines vers le haut. Sinon de la paille ou des déchets verts variés sur 15 cm recouvert de 10 cm de terre bien tassée,  - la troisième faite de 25 cm de feuilles, humides et mélangées à un peu de terre, - la quatrième couche, éventuellement de fumier sinon obligatoirement de compost bien mur, - La cinquième et dernière couche de 15 cm d'épaisseur de terre.